Alexis Clairaut (1713-1765)

Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765)


Sans date (1) : Famille Clairaut :
Clairaut [...] naquit [...] de Jean-Baptiste Clairaut, maître de mathématiques à Paris, membre de l'Académie royale des sciences de Berlin, et de Catherine Petit, tous deux d'honnête famille. Il était le second de vingt et un enfants. Le premier étant mort en nourrice, sa mère en conçu un si vif chagrin qu'elle se détermina à nourrir les autres elle-même, ce qu'elle ne put cependant exécuter qu'à l'égard de celui dont nous faisons l'éloge, et d'un de ses frères qui le suivit immédiatement et qui aurait certainement marché sur les traces de son aîné, si une mort prématurée ne l'eût enlevée à l'âge de seize ans, ayant publié un an auparavant une traité des quadratures circulaires et hyperboliques [(Clairaut 31)], qui avait mérité les éloges de l'Académie et de tout le monde mathématicien (Fouchy 65).

Gallica

Les époux Clairaut. Un témoignage sur les parents de Clairaut se trouve dans une lettre de Piron (cf. [6 mars 1737]).

La mère Clairaut. Catherine Petit enfante dix fois en huit ans (cf. 22 janvier 1724 (1)), soit tous les 9. 6 mois. À ce rythme, elle cesserait d'accoucher vers 1732. Elle se montre généreuse avec les Lapones (cf. 20 décembre [1738]), connaît Jacquier (cf. 13 octobre 1744 (1), 10 janvier 1745 (1)), marie sa fille (cf. 19 février 1748 (2), 20 février 1748 (1)) et meurt entre le 13 et le 20 janvier 1759 (cf. [c. 17 janvier 1759]). Elle aurait un frère soldat (cf. 2 février 1761 (1)).

Clairaut le père. Jean-Baptiste Clairaut enseigne entre 1730 et 1747 à l'académie Dugard, l'une des
trois académies qui sont établies par le Roi, sous les ordres de M. le prince Charles, grand écuyer de France, pour l'éducation des gentilshommes. On y apprend à monter à cheval, et tous les exercices convenables à la noblesse et aux gens de guerre.
Outre MM. les écuyers, il y a des maîtres de mathématiques, d'armes et de danses.
Ces académies sont celles qui suivent : [...]
L'académie du Roi, sous la conduite de M. Dugard, écuyer du Roi, qui a sous lui :
Pour les mathématiques, M. Clairaut rue des Boucheries, faub[ourg] S[aint] Germ[ain].
Pour les armes, M. Le Perche, rue des Boucheries, faub[ourg] S[aint] Germ[ain].
Pour la danse, M. Marcelle, le cadet, rue des Foss[és] de M. le Prince.
Pour l'exercice militaire, M. de Laval.
Cette académie est rue de l'Université, Faub[ourg] S[aint] Germ[ain] (Almanach royal, 1731, p. 312-313...).

Clairaut le père succède à ce poste à Bernardin (Almanach royal, 1730, p. 297), l'année au cours de laquelle Jean-Léon Dugard devient directeur (31 août 1730) en remplacement de son père Léon-Bonaventure Dugard décédé qui tenait le poste depuis le 10 juin 1702 (AN, O1 915, 14). Le déménagement de Clairaut le père à l'adresse de son fils et son départ de l'académie suit de près la mort de ce directeur (12 août 1746) qui est alors remplacé par son frère cadet Jacques-Philippe Dugard (AN, O1 915, 79). Clairaut le père est lui-même remplacé par Noblesse (Almanach royal, 1749, p. 339). Un document non daté montre que 1 200 # étaient allouées au maître de mathématiques d'une telle « Académie royale » (AN, O1 915, 91).

À l'académie de Dugard, par exemple, on logeait et nourrissait moyennant 2 600 livres, le jeune élève, son gouverneur et un domestique. À ces frais s'ajoutaient le droit d'écurie, la location des gaules (« petite houssine ou verge qui sert à manier un cheval » selon Trévoux), la rémunération des maîtres d'armes, de danse, de voltige à cheval et de mathématiques, et le paiement du tapissier pour la fourniture de meubles et de linge. Les pensionnaires qui n'avaient pas de domestiques payaient, 6 livres par mois, un valet qui faisait leur chambre et les servait à table (Chesterfield 93, p. 307).

Clairaut le père est aussi recensé comme maître de mathématiques (sans adresse) en 1758 dans le Tableau de Paris pour l'année 1759 (Jèze 59, p. 191).

Son enseignement est remarqué dès 1719 (cf. 1719 (1)).

Outre ses enfants, Clairaut le père eut pour élèves d'Arcy, Le Roy (si l'on suit bien Condorcet) et Bailly :
Le jeune d'Arcy fut envoyé à Paris en 1739, auprès d'un de ses oncles ; le hasard le plaça dans la maison où logeait M. Clairaut le père ; il devint bientôt son élève, et mérita d'être le disciple ou plutôt le compagnon d'étude de M. Clairaut le fils [...]. M. d'Arcy fit des progrès rapides ; après trois ans d'étude, âgé seulement de dix-sept ans, il donna une nouvelle solution du problème de la courbe d'égale pression dans un milieu résistant [...] car M. le chevalier d'Arcy fit des expériences de concert avec M. Le Roi [Le Roy], de cette Académie, élève comme lui de M. Clairaut (Condorcet 79, pp. 55, 60).
[Selon Bailly de Saint-Paulin, le frère de Bailly] Après avoir épuisé les connaissances de Montcarville, Bailly eut pour maître le père du célèbre Clairaut (Bailly 21-22, vol. 3, pp. 10-11)

(Pour Bailly, l'histoire a retenu une autre version (cf. 23 décembre 1758 (1))).

Clairaut le père a aussi eu pour élève le fils de la marquise du Châtelet (cf. 7 août [1742]).

Clairaut le père mène une activité scientifique même si, au dire son fils :
La profession qu'il fait de montrer les mathématiques le détourne trop pour s'exercer à résoudre des problèmes d'une certaine difficulté (cf. 4 janvier 1742 (1)).

Connu de l'Académie des sciences dès 1712, Clairaut le père y précède ensuite de peu son fils par une prise de contact avec Dortous de Mairan sur un problème de géométrie élémentaire (cf. 22 décembre 1725 (1)) et par la présentation d'un mémoire sur le même sujet ultérieurement publié par l'Académie de Berlin (cf. 13 février 1726 (1)). Il est l'inventeur d'un instrument trigonométrique dont la description est publiée par l'Académie de Paris (Clairaut 35) (cf. 23 août 1727 (1)). Il aide peut-être Silva (cf. 1727 (1)). Il construit une lunette d'approche (cf. 24 janvier 1728 (1)). Il est membre fondateur et administrateur de la Société des arts (cf. Société des arts, Chronologie SA), face à laquelle il lit des mémoires sur les miroirs paraboliques et hyperboliques (cf. 1730 (1)), l'éducation des enfants (cf. 3 février [1732]) et les fortifications (cf. 25 [mai 1732], 29 [mai 1732], 19 novembre 1733 (1), 24 décembre 1733 (1)) et montre son instrument (cf. 16 [mars 1732]). Il est membre de l'Académie de Berlin (cf. 21 juillet 1728 (1)) qui publie (Clairaut 34) (cf. 30 septembre 1728 (1)), (Clairaut 37) (cf. 16 juin 1735 (1)) et (Clairaut 43) (cf. 23 avril 1743 (1)).

Clairaut le père écrit à l'Académie de Berlin pour recommander son fils et Maupertuis (cf. 16 juin 1735 (1)).

À la mort de Clairaut, La Condamine s'adresse à lui pour faire parvenir un exemplaire de C. 39 à Jean II Bernoulli (cf. 13 août 1765 (1)).

Clairaut le père est témoin au mariage de Anne Michelle Chevotet, fille de l'architecte du même nom (cf. 18 février 1765 (1)).

Clairaut le père habite [voir le plan] rue de Seine en 1724 (cf. 22 janvier 1724 (1)), déménage vers 1724 (cf. [c. 1724]), habite rue des Boucheries chez Boulduc, faubourg Saint-Germain entre 1728 et 1732 (cf. Chronologie SA, Almanach royal, 1731-1733). Il est domicilié rue de l'Université (l'adresse de son Académie), au coin de la rue des Saint-Pères entre 1733 et 1746 (Almanach royal, 1734-1747), rue de Berry (comme Clairaut) en 1747 (Almanach royal, 1748), de nouveau rue de Seine le 19 février 1748 (cf. 19 février 1748 (2)), rue de Tournon le 18 février 1765 (cf. 18 février 1765 (1)), rue Sainte-Avoye (où vient de mourir Clairaut) le 20 juillet 1765 (cf. 20 juillet 1765 (1)), rue de Tournon vis-à-vis l'hôtel de Nivernois les 31 décembre 1765 (cf. 31 décembre 1765 (1)), 6 et 31 juillet, 6, 7, 25 et 30 août 1767 (cf. 6 juillet 1767 (1), 31 juillet 1767 (1), 6 août 1767 (1), 7 août 1767 (1), 25 août 1767 (1), 30 août 1767 (1)).

Des catalogues de vente de manuscrits lui attribuent trois autres lettres, l'une d'entre elle de façon conjecturale (Taton 53). Les deux autres sont en fait de Clairaut (cf. 10 novembre 1735 (1), 24 novembre 1764 (1)).

Clairaut le père est l'unique héritier de son fils (cf. 11 juin 1765 (1)) et de sa fille (cf. 20 août 1767 (1)).

Sur le tard de sa vie, six rentes viagères lui assurent un revenu annuel approchant 1 400 livres (cf. 10 septembre 1767 (2)).

Il teste en faveur de sa fille (cf. 6 juillet 1767 (1)) qui disparaîtra avant lui, puis en faveur de sa domestique Françoise Petit (cf. 31 juillet 1767 (1)).

Clairaut le père meurt sans descendance le 30 août 1767 (cf. 30 août 1767 (1)) vers deux heures du matin au premier étage de l'aile droite du petit hôtel de Valois, vis-à-vis l'hôtel de Nivernois, rue de Tournon, ainsi que cela est porté au procès verbal de l'apposition des scellés, effectuée le jour même (cf. 30 août 1767 (2)).

Le procureur du Roi « sur l'avis a luy donné » que Clairaut le père « etoit bastard » s'oppose à la levée des scellés et ordonne que ses biens soient attribués au Roi (cf. 10 septembre 1767 (1)), un jugement contesté par Françoise Petit qui obtient gain de cause en produisant un extrait baptistaire (cf. 16 septembre 1767 (1)).

L'intérieur de Clairaut le père peut être reconstitué par l'inventaire de ses biens (cf. 10 septembre 1767 (2)).

Il est né en1680 selon des dictionnaires biographiques modernes, « vers 1680 » (Furne 38), « vers la fin du XVIIe siècle » (Beauvais de Préau 26), aucune date n'étant précisée dans (Lacroix 13).

Clairaut le cadet. Clairaut signale sa mort récente le 6 janvier 1733 (cf. 6 janvier 1733 (1)), ce qui le fait naître vers la fin de 1716. Il a parfois été prénommé Jean-Baptiste par des auteurs tardifs qui ne font pas état de documents incitant à écarter une probable confusion entre le père et le fils. Clairaut le cadet lit à la Société des arts un mémoire le 1 mai (cf. 1 mai 1729 (1)) et (Clairaut 30) le 14 août 1729 (cf. 14 août 1729 (1)) et en devint membre en janvier 1732 (cf. 27 [janvier 1732], 31 [janvier 1732]). Il lit (Clairaut 31), cité dans l'Encyclopédie (cf. [c. 12 octobre] 1731), à l'Académie des sciences le 14 juin 1730 (cf. 14 juin 1730 (1)). Peu après son décès, Clairaut tombe malade et rate pour la première fois une séance académique (cf. [c. décembre 1732]).

Clairaut la sœur. Marie-Étiennette-Sophie Clairaut naît vers 1726 (cf. 25 juillet 1767 (1)). Elle se marie le 20 février 1748 (cf. [20 février 1748]) avec Louis-Nicolas Charpentier dont elle est la seconde épouse et qui fera carrière comme contrôleur à la cour des aides (une de ses sœurs est l'épouse du musicien Jacques Hotteterre, dit le Romain). Sa dot est constituée de 7 000 livres dont 5 000 en deniers comptant, le reste en meubles, habits, linges et hardes (cf. 19 février 1748 (2), 20 février 1748 (1)). Après la mort de Clairaut, le Roi lui accorde une pension de 1 200 livres (cf. [c. 1 octobre] 1765). Elle meurt sans descendance le 24 juillet 1767 (cf. 24 juillet 1767 (1)) à l'hôtel de Bretonvilliers, paroisse Saint-Louis en l'Île. Unique héritier, Clairaut le père renonce en faveur de son gendre en échange des arrérages de la pension royale, des frais funéraires, des dettes éventuelles et de la constitution d'une rente viagère de 200 livres pour Jean-Baptiste-Nicolas Dallemagne, le domestique de sa fille (cf. 6 août 1767 (1), 7 août 1767 (1)).

Clairaut l'autre sœur. Lors de son voyage en France, le comte Joseph Teleki rencontre une femme qu'il qualifie de « sœur » de Clairaut (cf. 9 novembre 1760 (1), 17 décembre 1760 (1), 6 janvier 1761 (1), 2 mars 1761 (1) et 12 mars 1761 (1)), mais il s'agit en réalité de sa petite amie, Mlle Gouilly (cf. [c. juin] 1757 (2)).
Abréviations
  • AN : Archives nationales.
  • C. 39 : Clairaut (Alexis-Claude), Théorie de la Lune déduite du seul principe de l'attraction réciproquement proportionelle (sic) aux quarrés des distances... Pièce qui a remporté le prix de l'Académie impériale des sciences de Saint Pétersbourg en 1750..., Saint-Pétersbourg, 1752, in-4°, 92 p [Télécharger] [6 décembre 1750 (1)] [(7 novembre) 27 octobre 1737 (1)] [Plus].
  • HARS 17.. : Histoire de l'Académie royale des sciences [de Paris] pour l'année 17.., avec les mémoires...
  • Hist. : Partie Histoire de HARS 17..
Références
  • Bailly (Jean Sylvain), Mémoires de Bailly, éd. Berville et Barrière, 3 vol., Paris, 1821-1822 [23 décembre 1758 (1)] [Plus].
  • Beauvais de Préau (Charles-Théodore), « Clairaut (Jean-Baptiste) », Dictionnaire historique, ou Biographie universelle classique, 3 vol., Paris, 1826-1829, vol. 1, 1826, p. 645 [Télécharger].
  • Chesterfield (Philip Dormer Stanhope, earl of), Lettres de Lord Chesterfield à son fils à Paris : 1750-1752, éd. M. Fumaroli, Paris, 1993.
  • Clairaut (dit le cadet), « Proposition élémentaire de géométrie », Journal des sçavans, (mai 1730) 273-274, 1pl [Télécharger] [14 août 1729 (1)].
  • Clairaut (dit le cadet), Diverses quadratures circulaires, elliptiques, et hyperboliques, Paris, 1731 [Chronologie SA] [Plus].
  • Clairaut (Jean-Baptiste), « Trois problèmes », Miscellanea Berolinensia, vol. 4, 1734, pp. 139-143, 2 pl [Télécharger] [13 février 1726 (1)] [Plus].
  • Clairaut (Jean-Baptiste), « Planchette ou instrument trigonométrique », Machines et inventions approuvées par l'Académie royale des sciences depuis son établissement, 7 vol., Paris, 1735-1777, vol. 5, 1735, pp. 3-9, 1 pl [Télécharger] [23 août 1727 (1)] [Plus].
  • Clairaut (Jean-Baptiste), « De novam quadam Tractoriae Specie Problema », Miscellanea Berolinensia, vol. 5, 1737, pp. 33-35, 1 pl [Télécharger] [1 mars 1736 (1)] [Plus].
  • Clairaut (Jean-Baptiste), « Methodus generalis inveniendi Catenarias », Miscellanea Berolinensia, vol. 7, 1743, pp. 270-272, 1pl [Télécharger] [23 avril 1743 (1)] [Plus].
  • Condorcet (Jean-Antoine-Nicolas de Caritat, marquis de), « Éloge de M. le comte d'Arci », HARS 1779, Hist., pp. 54-70 [Télécharger] [26 mai 1742 (1)].
  • Fouchy (Jean-Paul Grandjean de), « Éloge de M. Clairaut », HARS 1765, Hist., pp. 144-159 [Télécharger] [13 mai 1713 (1)] [13 mai 1713 (2)] [Plus].
  • Furne (éd.), « Clairaut (Jean-Baptiste) », Biographie universelle ou dictionnaire historique, 6 vol., Paris, 1838, vol. 2, p. 113 [Télécharger].
  • Jèze (), Tableau de Paris pour l'année mil sept cent cinquante-neuf, formé d'après les antiquités, l'histoire, la description de cette ville, etc, Paris, 1759 [Télécharger].
  • Lacroix (Sylvestre François), « Clairaut », Biographie universelle, ancienne et moderne, J. F. Michaud éd., vol. 8, Paris, 1813, pp. 593-598 [Télécharger] [29 juillet 1739 (3)] [Plus].
  • Taton (René), « Esquisse d'une bibliographie de l'œuvre de Clairaut », Revue d'histoire des sciences, 6 (1953) 161-168 [Télécharger] [13 avril 1726 (1)] [Plus].
Courcelle (Olivier), « Sans date (1) : Famille Clairaut », Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765) [En ligne], http://www.clairaut.com/nSansdatepo1pf.html [Notice publiée le 17 mars 2007, mise à jour le 10 juillet 2016].