Alexis Clairaut (1713-1765)

Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765)


10 janvier 1745 (1) : Clairaut (Paris) écrit à Jacquier :
Je ne saurais vous exprimer, mon très cher et révérend ami, le plaisir que j'ai reçu par vos deux lettres [perdues] de Florence et de Rome. Servez-vous de toute l'amitié dont vous êtes capable pour comprendre l'inquiétude où j'étais de votre santé et la satisfaction que j'ai eue d'en être délivré par vos chères nouvelles. Tous nos amis communs étaient aussi, je dois leur rendre cette justice, dans de grandes alarmes. Mme du Châtelet, entre autres, qui connaît la délicatesse de votre santé, m'en a témoigné beaucoup d'inquiétude. Elle a été fort sensible à votre lettre. J'avais bien prévu que la guerre porterait obstacle à votre établissement à Turin, mais j'espère qu'il aura lieu à la paix, et ce n'est pas une des moindres raisons qui me la font souhaiter. J'ai peu de nouvelles scientifiques à vous mander si ce n'est que La Condamine est arrivé à Amsterdam où il attend un passeport pour venir à Paris. Les officiers de l'Académie sont cette année M. [Daniel-Charles] Trudaine, président, M. le duc de Picquigny, aujourd'hui duc de Chaulnes, vice-président, M. de Mairan, directeur et M. Morand, sous-directeur. Me voilà hors de charge et j'en suis ravi. D'Alembert a ses 500 livres de pension, M. de Maupertuis est à Berlin où il est fort accueilli du roi de Prusse et des reines ; il y avait été envoyé de Fribourg par le maréchal de Coigny pour donner part de la prise des châteaux de Fribourg. Voilà tout ce que je puis vous mander de nouvelles. Je finis en vous réitérant les instances que je vous ai faites de me donner souvent des marques de votre souvenir et de me conserver une amitié que je mérite par les sentiments les plus tendres. Adieu, mon très cher révérend, je désire toujours ardemment de vous revoir. Clairaut.

Paris 10 janvier 1745.

Mon père et ma mère vous assurent de leurs respects. Assurez des miens le P. Le Sueur [Le Seur].

Au très Révérend / Révérend Père Jacquier Minime / et professeur de mathématiques / à Rome (Jovy 22, pp. 41-43).
La réponse de Jacquier est perdue.

Clairaut lui avait écrit le 1 décembre (cf. 1 décembre 1744 (1)) et le refera le 21 mars 1746 (cf. 21 mars 1746 (1)).
Référence
Courcelle (Olivier), « 10 janvier 1745 (1) : Clairaut (Paris) écrit à Jacquier », Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765) [En ligne], http://www.clairaut.com/n10janvier1745po1pf.html [Notice publiée le 24 février 2008, mise à jour le 24 novembre 2009].