Alexis Clairaut (1713-1765)

Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765)


18 avril 1736 (2) : Clairaut approuvé :
M[essieu]rs de Maupertuis et Nicole ont parlé ainsi sur les Elements de Geometrie [C. 21] de M[onsieu]r Clairaut,

Nous avons examiné par l'ordre de l'Académie les nouveaux Elements de Geometrie de M[onsieu]r Clairaut, ils nous ont paru très digne de l'impression (PV 1736, f. 74).

Gallica

Les règlements du 26 janvier 1699 précisent que :
L'Académie examinera les ouvrages que les académiciens se proposeront de faire imprimer ; elle n'y donnera son approbation qu'après une lecture entière faite dans les assemblées, ou du moins qu'après un examen et rapport fait par ceux que la compagnie aura commis à cet examen ; et nul des académiciens ne pourra mettre aux ouvrages qu'il fera imprimer le titre d'académicien, s'ils n'ont ainsi été approuvés par l'Académie (Maindron 88, p. 21).

Cette mention de C. 21 sur les procès-verbaux de l'Académie des sciences est omise dans (Taton 76, Taton 78).

Selon Grandjean de Fouchy :
Ce fut pour [la marquise du Châtelet] qu'il composa les Eléments de géométrie qu'il publia depuis en 1741 (Fouchy 65).

Témoignage remis en doute :
Il n'est toutefois pas vraisemblable d'admettre, comme on l'a souvent répété, que ce livre à l'usage des débutants n'est que la rédaction des leçons données par [Clairaut] à la savante marquise. Celle-ci, au moment où elle lui confia la direction de ses études mathématiques, avait déjà beaucoup appris avec Maupertuis ; beaucoup trop, semble-t-il, pour que les notions présentées dans cet excellent raccourci, aient pu avoir pour elle d'autre intérêt que celui de la nouveauté dans la méthode d'exposition (Brunet 52, p. 63).

Cet avis de Pierre Brunet a souvent été suivi :
S'il publie, en 1741, ses Eléments de géométrie, c'est poussé par sa vocation pédagogique et non pour instruire Mme du Châtelet dont les connaissances sont d'un niveau supérieur (Vaillot 88, pp. 9-10).

Cette opinion est pourtant inexacte. Le manuscrit de C. 21 fera l'objet d'un nouveau rapport le 31 août 1740 (cf. 31 août 1740 (1)), dont l'extrait par Fontenelle en date du 14 décembre 1740 se trouve dans l'ouvrage imprimé (cf. 14 décembre 1740 (1)). Tout indiquait donc que la rédaction de C. 21 se situait vers 1740, après celle des Institutions de physique, approuvées le 18 septembre 1738, dans lesquelles la marquise du Châtelet faisait preuve de connaissances scientifiques plus avancées. Mais C. 21 a manifestement été rédigé entre avril 1734 et avril 1736, à l'époque où Clairaut enseignait les mathématiques à la marquise du Châtelet (cf. Châtelet), et le témoignage de Grandjean de Fouchy n'a aucune raison d'être remis en doute (Zinsser 03).

Voltaire a probablement aussi bénéficié de C. 21, qu'il recommandera au prince Frédéric plus d'une année avant qu'il ne soit imprimé (cf. [c. 20 novembre 1739]), et dont il recevra un exemplaire de Clairaut (cf. [c. septembre 1741]).
Abréviations
  • C. 21 : Clairaut (Alexis-Claude), Elemens de geometrie, Paris, David fils, 1741, in-8°, XXIV-XVI-216 p., 14 pl [31 août 1740 (1)] [(1 juillet) 20 juin [1731]] [Plus].
  • HARS 17.. : Histoire de l'Académie royale des sciences [de Paris] pour l'année 17.., avec les mémoires...
  • Hist. : Partie Histoire de HARS 17..
  • PV : Procès-Verbaux, Archives de l'Académie des sciences, Paris.
Références
Courcelle (Olivier), « 18 avril 1736 (2) : Clairaut approuvé », Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765) [En ligne], http://www.clairaut.com/n18avril1736po2pf.html [Notice publiée le 25 août 2007].