Alexis Clairaut (1713-1765)

Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765)


18 avril 1736 (3) : Clairaut a un passeport :
Passeport aux s[ieu]rs de Maupertuis et autres de l'Académie des sciences qui vont en Suède, du 18 avril [1736].

À tous gouverneurs et nos lieutenants gouverneurs en nos provinces et armées, gouverneurs particuliers de nos villes et places, maires, consuls et échevins d'icelles, capitaines et gardes de nos ports, péages et passages, et à tous autres magistrats, officiers de justice, police et autres [de] nos sujets de telle qualité et condition qu'ils soient, salut.

Ayant envoyé l'année dernière plusieurs mathématiciens au Pérou pour faire sous l'équateur des observations par lesquelles on puisse déterminer la vraie figure de la Terre, nous avons résolu pareillement d'envoyer en Suède plusieurs mathématiciens pour faire sous le cercle polaire les mêmes opérations, afin que de ces deux voyages faits dans les régions les plus différentes, l'astronomie, la géographie et la navigation en retirent toute l'utilité qu'il est possible. Nous avons à cet effet, donné nos ordres aux Messieurs de Maupertuis, directeur de notre Académie des sciences, Clairaut, Le Monnier de notre Académie, et aux sieurs abbé Outhier, Sommereux et Herbelot, que nous avons nommé pour faire ledit voyage et en qui nous connaissons toute la capacité et le zèle nécessaire pour remplir cet objet, de se rendre au port de Dunkerque pour y embarquer, avec six domestiques.

Nous vous mandons et ordonnons de les laisser sûrement et librement passer avec leurs domestiques dans l'étendue de vos pouvoirs et juridictions, terres et seigneuries de notre obéissance, sans permettre qu'il leur soit donné aucun trouble ni empêchement ; mais au contraire de leur prêter toute aide, secours et faveur, car tel est notre plaisir.

Prions les vice-rois, gouverneurs et tous ceux qui sont à prier dans les états des princes où passeront les susnommés et où ils seront obligés de résider pendant le cours de leur commission de leur procurer toute aide, secours et faveur (AN, O1 80, ff. 227-229) (Nordmann 66).
Camus n'est pas nommé dans le passeport.

Le Monnier ne sera de l'Académie que le 23 avril (Index 79).

L'abbé Outhier mentionnera le 2 mai 1736 la présence de quatre domestiques (cf. 2 mai 1736 (1)).

Les documents listés ci-dessous montrent que Herbelot est Antoine-Étienne d'Herbelot, né vers 1712. Après le voyage au Nord, il se marie avec Marie-Jeanne Liébault et a au moins huit enfants. Le 19 décembre 1766, il est nommé maître de dessin à l'école d'équitation des Tuileries tenue par Dugard, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort à Paris le 5 janvier 1789.

[Maupertuis] obtint d'emmener avec lui pour secrétaire Sommereux, et pour dessinateur d'Herbelot, dont le fils, ingénieur en chef de Seine-et-Marne, a dirigé la construction de nos signaux de la base de Melun et les précautions pour assurer les deux termes de cette base (Delambre 12a, p. 54).

Je [Jean-Baptiste d'Herbelot, ingénieur en chef du département de Seine-et-Marne] suis né à Paris, quartier du Louvre, paroisse S[ain]t Germain de l'Auxerrois, le 25 janvier de l'année 1742. Mes parents peu fortunés et chargés d'une nombreuse famille, me destinèrent à l'état ecclesiastique ou j'entrai des l'age de 15 ans. Je restai jusqu'à 21 ans au séminaire que je quittai au moment où l'on m'envoyoit aux ordres ; je cherchai pendant environ deux ans un etat qui me convint ; je le trouvai le 22 [2 !] avril 1765, à l'Ecole des Ponts et Chaussée ou je fus admis. [...] [Il fait carrière dans les Ponts-et-Chaussées, devint ingénieur en chef du département de Seine-et-Marne le 21 août 1791 et meurt le 2 septembre 1815] (AN, F14 2212/2, dossier Dherbelot).

Le seul Herbelot recencé par les dictionnaires spécialisés est :
Herbelot, Antoine Étienne d'. XVIIIe siècle. Français. Dessinateur. Il obtint le troisième prix au concours pour Rome en 1773. Il était dessinateur du Roi et maître de dessin à l'école d'équitation et des pages du duc d'Orléans (Bénézit 99, vol. 6, p. 919).

Il n'y a aucun Herbelot sélectionné pour le prix de Rome de 1773 en peinture et en sculpture (Montaiglon 75-92, vol. 8, p. 117). En architecture, un Herbelot obtient un accessit, mais il s'agit de François-Charles-Étienne (élève de Camus puis de Couture), âgé de vingt-neuf ans, et non d'Antoine-Étienne (Lemonnier 11-29, vol. 8, pp. 168-169).

Antoine-Étienne d'Herbelot est nommé en 1766 professeur de dessin à l'Académie royale [ou École d'équitation, au manège des Tuileries] tenue par Dugard :
19 [décem]bre 1766
Brevet de maître de dessein dans l'Académie royale tenue par M[onsieu]r Dugard pour le s[ieu]r Herbelot.
Charles Eugène de Lorraine, prince de Lambesc, pair et grand ecuyer de France, gouverneur et lieutenant général pour le Roy en la province d'Anjou, gouverneur particulier des villes et château d'Anger et du Pont de Cé, et grand sénéchal héréditaire de Bourgogne.
Louise Julie Constance de Rohan, comtesse de Brionne, ayant le commandement dans les ecuries et haras de Sa Majesté.
A tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut.
Sur le favorable rap[p]ort qui nos a eté fait de la personne du s[ieu]r Antoine Etienne Herbelot, maître de dessein, ainsi que de ses seul[e]s capacités et experience dans son art, de son affection et fidélité au service du Roy, et qu'il est de la religion catholique, apostolique et romaine : pour ces raisons et autres bonnes considerations, nous, en vertu des pouvoirs attribués à notre charge de grand ecuyer de France, avons retenu par ces présentes ledit s[ieu]r Herbelot pour exercer la fonction de maître de dessein, montrer et enseigner cet art tant aux pensionnaires qu'aux externes dans l'Académie royale tenue sous nos ordres à Paris par le s[ieu]r Dugard, ecuyer. A l'effet par led[it] s[ieu]r Herbelot de jouir dorenavant des emolumens et droits ordinaires attribués à lad[ite] fonction, lesquels lui seront payés par led[it] s[ieu]r Dugard ou par ceux qui pourroient cy après lui succéder en lad[ite] Académie. Et ce pour tel tems et si longuement qu'il nous plaira, sans que pend[ant] led[it] tems, led[it] s[ieu]r Dugard ou ceux qui par la suite lui succèderoient puissent s'immiscer de mettre et recevoir dans lad[ite] Académie aucun autre maître pour exercer lad[ite] fonction de maître de dessein que led[it] s[ieu]r Herbelot. En témoignage de quoi nous avons signé ces présentes, icelles fait contresigner par le secrétaire de nons commandemens, et sceller su sceau de nos armes à Paris, le dix neuvième jour du mois de décembre [mille sept cent] soixante six (O1 915, 111).

Le patronyme « Herbelot » est mentionné à la rubrique « Académie royale ou École d'équitation, au manège des Tuileries […] [tenue par] le chevalier Dugard » de l'Almanach royal de 1768 à 1773. Il disparaît pour les années 1774 et 1775, et revient en 1776 sous la forme « d'Herbelot », avec cette précision « rue de la Parcheminerie, au coin de la rue Saint-Jacques ». Il est encore présent sur l'Almanach royal de 1790.

Deux illustrations attribuées à Antoine-Étienne d'Herbelot sont conservées au British Museum (Cust 96, p. 130).

Elles ont été numérisées et sont visibles en ligne (Osmo Pekonen, CP, 7 décembre 2009).

Attribué à Antoine-Étienne Herbelot   Attribué à Antoine-Étienne Herbelot

Contrat de mariage :
13 [décem]bre 1738
Furent presens
S[ieu]r Antoine Estienne Herblot peintre a Paris, majeur de vingt cinq ans passés, fils de Philippe Herblot et de Marie Durant ses pere et mere, d'eux pour a presens assistés, dem[euran]ts ensemblement rue Grenelle S[ain]t Honoré p[aroi]sse S[ain]t Eustache pour luy et en son nom d'une part ;
Sieur Jean Liebaut M[aître]e Paulmier a Paris, y demeurant ruë des Fossés S[ain]t Germain des Prez, paroisse S[ain]t Sulpice stipullant et contractant en cette partie pour d[emoise]lle Marie Liebaut sa fille, et de deffunte Marie Catherine [Mainfieux] sa femme, lad[ite] d[emoise]lle Liebaut a ce présente dem[euran]te rue Montmartre, paroisse S[ain]t Eustache, pour elle en son nom, et de son consentement d'autre part ;
Lesquelles parties en la presence, et du consentement de leurs parents cy après nommés sçavoir du costé de la future de d[emoise]lle Genevieve Liebault, sa soeur, et du costé du futur de Marie Anne Herbelot et Marie Herbelot tou[te]s deux filles majeures, ses soeurs, et sieur Jean Baptiste [Tardiz], employé dans les domaines du Roy, amy,
sont convenuës et demeurées d'accord des traittés et conventions de mariage [portant principalement que la dot se monte à 588 livres 18 sols de la part du père et 1 305 livres de la part de la future, et le douaire à 600 livres] (AN, MC, XVI, 696).

Mort de sa femme, c. 28 mai 1786 :
Morts. Dame Marie-Jeanne Liebault, épouse de M. Antoine-Étienne d'Herbelot, dessinateur du Roi, maître de dessin à l'École d'équitation et des pages de S. A. S. Mgr le duc d'Orléans, rue de la Parcheminerie (Journal de Paris, 28 mai 1786, p. 612).

Antoine-Étienne d'Herbelot, dessinateur du Roy et maître de dessin des pages de leurs altesses le duc d'Orléans et la princesse de Bourbon est décédé le 10 [5 !] janvier 1789. Ses parents se nommaient Philippe d'Herbelot et Marie Durand, cette dernière décédant le 5 septembre 1753 à Paris. Herbelot s'est marié le 13 décembre 1738 avec Marie-Jeanne Liébault, décédée en 1786 à Paris. il eut avec sa femme les enfants Léon, Anne-Julie, Manon [Marie !], Cécile, Thérèse, François et Jean-Baptiste d'Herbelot (Geneanet, pierfit).

En réalité, il meurt le 5 janvier 1789 :
L'an mil sept cent quatre vingt neuf, le 6 janvier, Antoine Etienne Dherbelot, veuf de Marie-Jeanne Liebault, décédé la veille rue de la Parcheminerie, âgé de soixante dix huit ans, a été inhumé en présence des témoins denommés à la minute (Archives de Paris, Reconstitution de l'état civil).

Lettre de chancellerie :
Dud[it] jour [3 février 1789]
Autres lettres [de chancellerie du palais à Paris] du dix sept janvier 1789, signées de la [Borne] scellées d[udit] jour portant benefice d'inventaire au proffit de Francois Charles Etienne d'Herbelot pour la succession de Antoine Etienne d'Herbelot, dessinateur du Roy, et de Marie Jeanne Liébault son ep[ous]e, ses pere et mere. Recu six livres (Archives de Paris, DC6 32, f. 47v).

Inventaire après décès :
Inventaire après décès su S[ieu]r d'Herbelot
10 janvier 1789
L'an mil sept cent quatre vingt neuf, le samedy dix janvier, neuf heures du matin, a la requête
de S[ieu]r François Charles Etienne d'Herbelot, architecte expert, bourgeois, dem[euran]t à Paris, rue de la Parcheminerie, p[aroi]sse S[ain]t Severin,
de S[ieu]r Jean Baptiste d'Herbelot, ingenieur inspecteur des ponts et chaussées, dem[euran]t ordinairement a Rosay en Brie, et présent à Paris, logé susdittes rue et paroisse,
de M[essi]re Leon d'Herbelot, avocat au Parlement, dem[euran]t à Paris, mêmes rue et paroisse,
de D[emoiselles] Marie Joseph d'Herbelot, Marie d'Herbelot, Therese Margueritte d'Herbelot et Cecille Alexandrine d'Herbelot, touttes quatre filles majeures, dem[euran]tes à Paris, les trois premieres susdittes rue et Paroisse, et la quatrieme Isle Notre Dame, p[aroi]sse S[ain]t Louis,
et enfin de M[essir]e Jean Biffé, av[oca]t en Parlement et de Anne Julie d'Herbelot, son épouse, qu'il autorise à l'effet des présents, dem[euran]ts à Billancourt, p[aroi]sse d'Auteuil près Paris, étant ce jour en lad[ite] ville,
lesd[its] S[ieu]rs et D[emoise]lles d'Herbelot et D[am]e Biffé, freres et soeurs germains, habiles à se dire et porter héritiers chacun pour un huitieme du défunt S[ieu]r Antoine Etienne d'Herbelot, leur pere, dessinateur du Roi et maitre de dessein des pages de Leurs A[ltesses] S[érénissime] les duc d'Orléans et princesse de Bourbon, et créanciers de la succession dudit S[ieu]r leur pere pour raison de leurs droits dans la succession de D[emoise]lle Marie Jeanne Liebault, leur mere, décédée, sa femme.
[…]
Il va etre […] procédé à l'inventaire et description […] d'une maison size à Paris, susditte rue de la Parcheminerie, appartenant à M. Godin, procureur de la Cour […] du s[ieu]r d'Herbelot pere et décédé le 5 du present mois […] declarent les parties que le défunt S[ieu]r d'Herbelot jouissoit par Monsieur le duc d'Orléans défunt d'une pension viagere de six cents livres […] plus qu'il est du cent vingt cinq livres pour six mois de leçons des pages de Madame la duchesse de Bourbon (AN, XXVII, 487).
Abréviations
  • AN : Archives nationales.
  • CP : Communication personnelle.
  • MC : Minutier central.
Références
  • Bénézit (Emmanuel), Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs, nouvelle édition, 14 vol., Paris, 1999.
  • Cust (Lionel), Binyon (Lauwrence), Index of artists represented in the Department of prints and drawings in the British museum, vol. 2, 1896 [Télécharger].
  • Delambre (Jean-Baptiste Joseph), Grandeur et figure de la Terre, éd. G. Bigourdan, Paris, 1912 [3 septembre 1735 (1)] [Plus].
  • Index biographique de l'Académie des sciences, 1666-1978, 4e éd., Paris, 1979 [Sans date (11)] [[1723] (1)] [Plus].
  • Lemonnier (Henry), Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, 1671- 1793, 10 vol., Paris, 1911-1929 [[c. septembre] 1762].
  • Montaiglon (Anatole de), Procès-verbaux de l'Académie royale de peinture et de sculpture, 1648-1793, 10 vol., Paris, 1875-1892.
  • Nordmann (Claude J.), « L'expédition de Maupertuis et Celsius en Laponie », Cahiers d'histoire mondiale, 10 (1966) 74-97 [[? janvier 1735]] [[? août 1735]] [Plus].
Courcelle (Olivier), « 18 avril 1736 (3) : Clairaut a un passeport », Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765) [En ligne], http://www.clairaut.com/n18avril1736po3pf.html [Notice publiée le 26 décembre 2007, mise à jour le 14 juillet 2010].