Alexis Clairaut (1713-1765)

Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765)


[c. 19 mars] 1908 : Au commissariat de la rue Clairaut :
Dépecée vivante

Un individu pâle, l'air exalté, abordait l'agent de planton devant la porte du commissariat de police du quartier des Épinettes, rue Clairaut, et lui disait d'une voix étranglée : « Venez avec moi, 11, rue Saint-Jean, je viens de tuer ma femme ! »

L'agent fit monter cet inconnu au commissariat de police et M. Coston, le commissaire, après avoir entendu sa déposition, l'accompagna à l'adresse qu'il indiquait.

Dans une petite chambre, située au troisième étage, un spectacle horrible s'offrit aux regards du commissaire. Une femme, jeune, brune, gisait, la face contre terre, dans une mare de sang. Autour d'elle, deux bouteilles brisées et un service à découper, dont la fourchette, pleine de sang, avait les dents tordues, indiquaient les armes diverses dont s'était servi le meurtrier pour tuer sa victime et son acharnement à la [f]rapper.

La malheureuse, qui avait été attaquée par derrière à coup de bouteilles, avait été, une fois tombée à terre, frappée sur tout le corps avec un couteau et une fourchette à découper. La mort avait été provoquée par la section de la veine jugulaire.

Le meurtrier fut immédiatement arrêté et conduit au commissariat.

Au milieu d'incohérences de toutes sortes, il finit par déclarer se nommer Élie Cotès, âgé de trente-six ans, et par dire que sa femme, originaire de Pithiviers, était née Hélène Pernet et avait vingt-six ans ; puis il se renferma dans un mutisme que rien ne put vaincre ; bien plus, comme le commissaire insistait pour lui faire indiquer le mobile de son crime, il voulut se jeter par la fenêtre du commissariat, brisa plusieurs carreaux et eut une crise terrible. Cotès était certainement fou ; aussi fut-il immédiatement conduit à l'infirmerie du dépôt, tandis que le cadavre de sa victime était transporté à la Morgue (Les faits divers illustrés, 19 mars 1908, pp. 1-2).

Au commissariat de la rue Clairaut  Paris

Courcelle (Olivier), « [c. 19 mars] 1908 : Au commissariat de la rue Clairaut », Chronologie de la vie de Clairaut (1713-1765) [En ligne], http://www.clairaut.com/ncoc19marscf1908.html [Notice publiée le 30 juillet 2007].